Plaidoyer ouvert à signatures des ONG et institutions

Share Button

Ces recommandations issues d’une concertation de membres du groupe de travail Genre et climat de la Plateforme Genre et développement avec des partenaires du Women Gender Constituency, sont ouvertes à signatures par les organisations de la société civile.

Ci-dessous le texte complet et en téléchargement les versions pdf en anglais et en français avec les premières organisations signataires. Pour signer, vous pouvez remplir le formulaire en ligne qui figure sous le texte ou envoyer un mail à : ynicolas@adequation.org en indiquant : le nom de votre organisation, le nom, la fonction et le mail de la personne contact.

La finance climat en action pour les femmes

Des recommandations en faveur de financements climat intégrant pleinement le genre

11 décembre 2017

Le One Planet Summit offre une vraie opportunité de mobiliser davantage de financements climatiques, et en particulier des financements à même de répondre aux besoins des 2 milliards de personnes les plus pauvres du monde, parmi lesquelles les femmes et les filles sont majoritaires.

Le tout premier plan d’action genre de la Convention-Cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC)[1] adopté à la COP23 à Bonn en novembre 2017 incite l’ensemble des parties prenantes à promouvoir l’égalité des genres dans les actions d’adaptation et d’atténuation, la prise de décision et les moyens de mise en œuvre liés au climat. En 2015, seulement 0,01% des financements mondiaux soutenait des projets s’attaquant à la fois au changement climatique et aux inégalités entre les sexes.

En tant que signataires de cet appel, nos organisations encouragent vivement la communauté internationale à:

  • Augmenter de manière significative les financements publics visant à lutter contre le changement climatique, en particulier les subventions pour l’adaptation, et veiller à ce que d’ici 2020, au moins 20% de tous les projets financés par des mécanismes de financement climatique aient pour objectif principal de réduire les inégalités entre les sexes. Dès maintenant, aucun fonds public sur le climat ne devrait envisager de financer des propositions de projets qui ne prennent pas suffisamment en compte les enjeux liés à l’égalité des sexes.
  • Développer et répliquer des mécanismes pour faciliter l’accès direct à de plus petits financements, à la fois des subventions et des prêts, destinés à des projets menés à l’échelle communautaire. Les investissements à petite échelle, en particulier pour les groupes de femmes et les entrepreneuses, ont le potentiel de générer des résultats tangibles et de jouer un rôle clé dans la transformation durable du pays.
  • Veiller à ce que l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes soient ancrées en tant que principes directeurs transversaux dans tous les fonds climat, à travers:
  • La mise en place d’une politique genre et l’adoption d’un plan d’action sur le genre, en s’appuyant sur les exemples réussis du Fonds vert pour le climat, du Fonds pour l’environnement mondial et du Fonds d’adaptation. Une telle politique de genre et un plan d’action de genre devraient s’inscrire dans une approche basée sur les droits humains et prendre en compte l’intersectionnalité des inégalités de genre avec l’origine, l’âge, la classe sociale, le handicap ou la religion. Les principes d’égalité des sexes devraient être intégrés dans l’élaboration des lignes directrices pour les financements, l’accréditation et les programmes et pris en compte dans l’examen des programmes et des projets ainsi que dans le suivi, le reporting et l’évaluation des portefeuilles de financement.
  • L’objectif d’une parité et d’une plus grande expertise en matière de genre dans leurs conseils d’administration, leurs organes et commissions techniques consultatifs, et parmi leur personnel en général.
  • Exhorter tous les mécanismes de financement climatique à établir des critères de genre clairs dans les processus de sélection et d’évaluation de la performance de tous les projets. Ces critères devraient inclure une analyse sociale et de genre obligatoire, un plan d’action genre spécifique au projet budgétisé, un budget sensible au genre et des indicateurs quantitatifs et qualitatifs clairs mesurant la manière dont les projets contribuent à l’égalité entre les sexes. La production et la collecte systématiques de données ventilées par sexe ainsi que la participation pleine et entière des femmes tout au long du cycle du projet devraient être rendues obligatoires.
  • Renforcer la redevabilité des mécanismes de financement climatique en matière de résultats sur l’égalité des sexes à travers la mise en place d’indicateurs sur les portefeuilles programmatiques, la comptabilité et les audits, des revues tierces indépendantes menées de façon régulière et des efforts accrus de communication externe et de reporting public.
  • Promouvoir la participation des femmes aux mécanismes de coordination nationaux des fonds climatiques afin de déterminer les priorités de financement nationales.
  • S’engager à fournir des ressources adéquates pour assurer la mise en œuvre du plan d’action genre de la CCNUCC et soutenir le travail de l’équipe genre du Secrétariat de la CCNUCC.
  • Veiller à ce que les Conclusions agréées de la 62ème session de la Commission des Nations unies sur la condition de la femme qui se tiendra en mars 2018 sur les «Problèmes à régler et les possibilités à exploiter pour parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes et des filles en milieu rural» appellent à un soutien accru aux actions d’adaptation des femmes rurales, qui représentent la majorité des petits producteurs dans les pays en développement, et dont les moyens de subsistance sont affectés de manière disproportionnée par le changement climatique.

[1] http://unfccc.int/resource/docs/2017/sbi/fre/l29f.pdf

Le plaidoyer en pdf avec les signatures au 11/12/2017 : Recommandations en français avec signatures ;

En anglais : Call_Making Climate Finance Work for Women_with signatures