Diplomatie féministe

Share Button

La stratégie internationale de la France pour l’égalité entre les femmes et les hommes pour 2018-2020 fait partie des nouveaux engagements annoncés par la France pour une diplomatie féministe à partir de mars 2018.


« Grande cause du quinquennat », l’égalité entre les femmes et les hommes est une priorité du gouvernement français. Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) porte cet engagement à l’international en développant désormais une diplomatie féministe. Dans son plaidoyer dans les enceintes internationales, la France s’attache à ce que cet objectif soit intégré dans toutes les problématiques : réduction des inégalités et développement durable, paix et sécurité, défense et promotion des droits fondamentaux, enjeux climatiques et économiques.

La stratégie internationale de la France pour l’égalité entre les femmes et les hommes pour 2018-2020 fait partie des nouveaux engagements pris par la France pour une diplomatie féministe. La France s’est également engagée à ce que d’ici 2022, 50 % de son aide publique au développement soit affecté – via l’Agence Française de Développement – à des projets ayant pour objectif significatif ou principal l’égalité entre les femmes et les hommes.

La diplomatie féministe est un concept récent, développé notamment à l’initiative de la Suède en 2014 et du Canada en 2016. En mars 2018, la France décide à son tour de s’inscrire également dans la dynamique d’une diplomatie féministe. Le contenu et les partenariats de cette diplomatie font l’objet d’engagements et de discussions entre les acteurs et partenaires de l’action internationale pour l’égalité femmes-hommes.

Annonce du MEAE sur la diplomatie féministe en mars 2018

Depuis le lancement de la stratégie internationale pour l’égalité entre les femmes et les homme et dans le cadre de la diplomatie féministe, les engagements financiers de la France en faveur de l’égalité à l’international ont été renforcés :

  • 97 millions d’euros pour les droits et santé sexuels et reproductifs en 2019
  • 320 millions d’euros pour des projets dédiés à la lutte contre les inégalités femmes-hommes dans les pays du Sud, par le biais de l’Agence française de développement en 2020
  • la contribution française à ONU Femmes est passée de 1,7 million d’euros en 2018 à 3,05 millions d’euros en 2020, plaçant la France parmi les vingt plus importants donateurs ;
  • La France a lancé en 2019 le Fonds de soutien aux organisations féministes, qui consacrera 120 millions d’euros sur trois ans aux organisations féministes des pays bénéficiant de l’aide publique au développement.

En novembre 2020, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes a proposé cette définition  d’une diplomatie féministe :
« La diplomatie féministe est la politique d’un État qui place l’égalité entre les femmes et les hommes, la liberté et les droits des femmes, la lutte pour l’abolition du patriarcat au coeur de son action extérieure, dans l’ensemble de ses dimensions (aide publique au développement, diplomatie stricto sensu, commerce et économie, culture, éducation, influence, défense et sécurité, climat et environnement…). Pour ce faire, elle assure la participation, à parts égales, des femmes et des mouvements féministes (dans le pays et à l’extérieur du pays) à sa co-construction et à sa mise en oeuvre. Elle alloue des ressources importantes sur la durée à la réalisation de cet objectif et elle met en place, au sein de l’État, une organisation institutionnelle et administrative dédiée et pérenne, qui permette d’assurer la cohérence des politiques et qui inclut un système de redevabilité. » (Rapport n°2020-09-22 DIPLO-44 publié le 4 novembre 2020)